The Chemistry Magazine : Online magazine covering music, art, fashion and more
Online magazine covering music, art, fashion and more


Art and Design

28 juillet 2016

Fast food visuel avec Don Elektro

13473169_250377305340801_1553147013_n

English Version (Click Here)

Some fast food for your eyes thanks to Don Elektro

Numeric art seems to be like a logic evolution. In general, this art let us redesign what we already saw and our use of technologies. The creation of dematerialized pieces opens even more possibilities when it comes to the exchange with the viewer. New technologies also bring new type of aesthetic and new questions.

As he is obsessed with visual art since his childhood, Don Elektro gets quickly interested in the way people envisioned art. Don is a kid from the generation Y who grew up in Leipzig as the use of computers was something very new for the world. As the cold war comes to an end and Germany knows the beginning of globalisation, big sociocultural changes are also happening. After a youth immersed in hip hop and street art, Don gets interested in underground electronic music.

13534228_246567579060903_1570463093_n

Visual creation becomes a kind of personal therapy for the guy : a way to make something of his time and his mind using his creative skills. Social medias allow him to discover communities of people enthusiastic about digital art with whom he can exchange and share his productions. Don Elektro has been really inspired by glitch art, however his will was to go even farther. The saturated and unstructured aspect of his art embodies his personality divided into two parts : him and his self-destructive alter ego.

Don Elektro invites us in a paralel dimension where existence is infinite. He uses the internet as database of visual resources. His works is then all about transforming things. Just like a phoenix rising from the ashes, the artist seizes, destruct pictures to recreate new pictures from it. Several themes are used by Don such as technology, the internet, human beings, brands, addiction, transcendence, nature and the existence. Don questions and criticises the overconsumption of pictures brought by everyday life.

He describes his own visual aesthetic as « fast food” for the eye and his reflexion as an post-internet approach. The goal is to transcend the temporal perception of human being. As he creates, Don Elektro takes distance from standard notion of time in order to create and imagine something new and tackle the issue of the human condition.

http://donelektro.tumblr.com
https://www.instagram.com/donelektrodon/

Translated by Sarah Régis Lydi

13743478_1150016241706441_1324098082_n 13658848_802775299857721_1543981488_n 13643717_536061836588725_946874906_n 13628108_307295476273877_289281481_n 13557163_1576457025981823_1661119908_n

L’art numérique apparait aujourd’hui comme une évolution logique. D’une manière globale, il permet de repenser l’approche de l’artiste face aux technologies disponibles. La création d’oeuvres dématérialisées ouvre un horizon infini de possibilité tant dans la conception que dans l’échange avec le public. Ces nouvelles technologies amènent de nouveaux esthétismes, questionnements et usages.

Obnubilé dès l’enfance par l’art visuel sous toutes ses formes, Don Elektro porte très tôt dans sa vie un intérêt particulier pour la pensée artistique. Originaire de Leipzig, Don Elektro est un kid de la génération Y. Il a grandi dans les 90’s avec l’arrivée de l’ordinateur personnel et des premiers jeux-vidéos. En Allemagne, la fin de la guerre froide et le début de la mondialisation entrainent d’importants changements socioculturels. Après une adolescence orientée vers le hip-hop et le graffiti, il s’enfonce dans l’univers des musiques électro underground.

13534228_246567579060903_1570463093_n

Une période de réflexion sur sa situation le mène vers une recherche identitaire, et de quête de sens de l’existence. La création visuelle lui est apparue comme un acte de self thérapie. Un moyen d’utiliser son temps et son esprit d’une manière créative et positive. C’est à travers les réseaux sociaux qu’il découvre des communautés de passionnés par l’art numérique avec lesquels, il va échanger et partager ses productions. Don Elektro a été fortement marqué par le glitch art sans pour autant s’y limiter. L’aspect saturé et déstructuré instaurent un lien symbolique entre lui et son alter ego autodestructeur. Il y voit dans cette technique un moyen de matérialiser son état d’esprit et ses sentiments pour s’en libérer. En s’appropriant l’esthétique visuelle du glitch, il cherche à développer un sens plus profond, établir une interaction entre lui et les autres à plusieurs niveaux de perception.

À travers une vision cyclique du temps, Don Elektro nous invite dans une dimension parallèle où l’existence apparaît infinie. L’internet lui sert de base d’images comme ressources visuelles. Son travail consiste à transformer. À l’image d’un phénix qui renaît de ses cendres, il s’approprie, détruit ces images pour les faire revivre sous une nouvelle forme. Une subtile recherche d’équilibre permet de donner un fort impact à l’image. On y retrouve des thématiques récurrentes telles que la technologie, l’internet, l’humain, les marques et l’industrie, l’univers médical, l’addiction et la transcendance de soi, la confrontation à la nature ou encore l’existence. Ses compositions questionnent et critiquent la surconsommation quotidienne d’images auquel est exposé l’oeil humain. Le rendu est à la fois brut et sensuel, parfois aseptisé et froid. Cela s’oppose au traitement “habituel” de l’image qui se veut le plus souvent assujetti à des codes de perception commerciaux et marketing.

Il présente lui même l’esthétique visuelle qu’il développe comme du « fast food visuel » et sa réflexion s’ancre pleinement dans une approche dite « post-internet« . L’objectif est de transcender la perception temporelle du genre humain. Dans son acte créatif, Don Elektro s’extrait des notions standardisées du passé, présent ou futur pour créer et imaginer. D’après un point de vue holistique, cela lui permet d’aborder la complexité et l’infinité de notre condition humaine.

http://donelektro.tumblr.com
https://www.instagram.com/donelektrodon/

 13557163_1576457025981823_1661119908_n 13628108_307295476273877_289281481_n 13643717_536061836588725_946874906_n 13658848_802775299857721_1543981488_n 13743478_1150016241706441_1324098082_n



About the Author

Valentin Amossé
Étudiant en design industriel et créatif obsessionnel. Mes centres d'intérêts sont divers, communication visuelle, musique électronique, nouveaux médias… Mail: [email protected]




 
 

 
13871745_10210749445039336_777008454_n.png

Une interview dans le « STURFU »

Aujourd’hui dans The Chemistry Magazine, on est parti à la rencontre du jeune montpelliérain « Stu », qui nous régale depuis déjà plus d’un an grâce à sa recette gagnante […]
by Robin

 
 
13932780_10210332182407074_157634094807030557_n

Lundi’spensable de la semaine : Palmiers par Flatbush Zombies

Ayyo mes chimistes ! Deuxième épisode de ton rendez-vous Lundi’spensable. Aujourd’hui on revient une nouvelle fois avec du rap et pas n’importe lequel… Quand on parle de Flatbush Zombies on […]
by Kevin urkel

 
 
blankface-1024x1024

Le son de la semaine : WHateva U Want – Schoolboy Q

Yo mon chimiste ! Voilà, c’est prêt, on te balance le premier son de cette chronique : Lundi’spensable hip-hop de la semaine. C’est l’un de nos coup de cœur du […]
by Jeremy

 

 
13875020_10210269846688720_1482936968_n

Le Jumpman balance la XXXI EME AirJordan

Il y a quelque mois, on te balançait une Jordan XXX tournée vers les étoiles avec son motif « Cosmos » et les rappels à la période universitaire de « Sa Majesté » Jordan. Fin [...
by Kevin urkel

 
 
13700130_1184045288313222_8511046955426304190_n

L’URSS s’effondre, place à Tommy Cash !

J’imagine que jamais tu n’aurais imaginé écouter un jour un rappeur estonien mon chimiste ! Et bien, ça sera chose faite dans quelques minutes. On te présente une des pépitse […]
by Jeremy

 




0 Comments


Soyez le premier à commenter!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *